Images du jour : guerre de tranchées dans la bulle politicienne française

Ségolène Royal est une ancienne militante du Parti socialiste français, puis candidate à l’élection présidentielle et ministre. Le 1er septembre 2022, sur le plateau de la chaîne française d’information BFMTV, elle provoque une tempête dans un verre de gros rouge, ose mettre en doute les crimes de guerre commis en Ukraine [par les Russes, obligatoirement], malgré les preuves, écrit ensuite Le Monde, autrefois quotidien de référence du soir. Bouleversifiant

L’affaire est ancienne, Royal fut battue lors de l’élection présidentielle de 2007 par le droitiste Nicolas Sarkozy, qui a ensuite détruit l’héritage gaulliste du pays : retour dans l’OTAN, une politique économique et sociale dont les objectifs lointains sont toujours d’adhérer aujourd’hui aux standards des sociétés ultra-libérales anglo-saxonnes. Rien n’est anodin dans la bulle politico-médiatique française, les rangs bleu horizon sont serrés. Même les Thénardier couperosés du MEDEF défendent leurs valeurs en Ukraine. Et ce fut avec un chauvinisme idiot typiquement français que le 13 avril 2022, le jeune Gabriel Attal, alors porte-parole du gouvernement, confirma avec une évidente fierté que son pays, depuis 2014, avait été le principal fournisseur d’armes et de munitions à l’Ukraine, quand elle bombardait les populations civiles du Donbass. Les événements actuels n’y sont pas étonnants quand nous nous souvenons que ce même pays était censé garantir l’application des accords de Minsk.

Verbatim de Ségolène Royal

[…] Tout le monde le sait, que c’est une propagande de guerre par la peur. D’ailleurs, ne serait ce que le premier événement, qui a été dit, la maternité bombardée, quand Monsieur Zelenskyy a fait le tour des parlements européens. Et c’est là que le processus de paix s’est interrompu. Il a utilisé ça, il a dit : j’ai rencontré une femme enceinte qui m’a dit : vengez moi… etc Il a été incapable de nous donner le nom de cette femme, on n’a pas su le nom des victimes. Et vous pensez bien que s’il y avait eu la moindre victime, le moindre bébé avec du sang, à l’heure des téléphones portables, on les auraient vus. Il y a suffisamment d’horreur dans la guerre […] c’est monstrueux d’aller diffuser des choses comme ça, uniquement pour interrompre les processus de paix […]

Elle met en cause et Volodymyr Zelenskyy et l’intégrité des journalistes, provoque immédiatement une furieuse contre-attaque des deux animateurs du plateau.

Royal évoque l’opération psychologique (PSYOP) de la maternité de Marioupol, ville pro-russe alors occupée par les militants nazis du régiment Azov. Je peux ajouter qu’en ce même mois de mars 2022, les Ukrainiens y ont également commis un crime de guerre sous faux drapeau (false flag), la destruction du théatre d’art dramatique. Les deux animateurs répondent Boutcha ! Parlons en, en effet, des crimes de guerre sous faux drapeau des formations à objectif spécial de la police nationale ukrainienne, de la spectaculaire opération psychologique orchestrée à Boutcha, avec la complicité des autorités occidentales et des médias godillots.

Le lendemain, le fat absolu Patrick Cohen, animateur de radio et de plateaux de télévision, grassement payé avec les impôts de ceux qui ne l’écoutent pas, s’autorise

c’est bien la peine de fermer Sputnik et RT si c’est pour laisser délirer Madame Royal

Je rassure ici son Omnignorance, malgré leur censure en France, les chaînes russes Sputnik et RT comptent dans le vaste monde bien plus d’auditeurs. Il ose ajouter que c’est une insulte aux victimes et aux journalistes. Cohen est de ceux qui accablent les populismes, mai voilà une expression particulièrement vulgaire de corporatisme. Et si au sujet de l’Ukraine, France télévisions est aujourd’hui la risée de tout observateur objectif, l’ancienne ministre n’en est pas la cause.

Mais Ségolène Royal reste une française. Et le courage n’est pas le premier mot qui vient à la bouche des restes du monde, quand la France est en question. Le 3 septembre, elle se rend, demande publiquement pardon pour ses paroles sur le plateau de BFMTV, après la menace d’une plainte ridicule, qui n’a aucune chance d’aboutir, d’une vulgaire association de propagande ukrainienne.

Tel un charognard avide de viande putréfiée, je guette avec gourmandise les réactions des marquis de la bulle politico-médiatique française, quand la défaite sera totale et qu’inévitablement, la réalité de la guerre au Donbass et en Ukraine sera plus favorablement éclairée.

One response to “Images du jour : guerre de tranchées dans la bulle politicienne française”

  1. […] is strong, these French télégraphistes remind obviously their elders during WW2. Radio Paris was an asset of the French […]

    Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: