Fichier : Loïk Frédéric Marie le Priol

Loïk Frédéric Marie le Priol est né le 12 juin 1994. Il est en examen dans une affaire d’assassinat, en détention provisoire depuis le 31 mars 2022. En l’état de l’enquête, les faits l’accablent et selon toute vraisemblance, il ne devrait pas être remis en liberté avant l’horizon 2040, dans le cas le plus favorable pour lui. Il ne manquera qu’à certains et justement, son statut de référence politique mérite cette petite fiche informelle

Le zazou le Priol se déclare babtou solide certifié

Chez les Priol, l’extrême droite est une tradition. Papa est un ancien militaire du 17ème RGP (régiment de génie parachutiste), chef d’une entreprise de militaria. De fins limiers lui ont trouvé autrefois des accointances à la FANE (Fédération d’action nationale et européenne), groupe nazi français dissout en 1980. Loïk navigue aussi dans la nébuleuse nationaliste-révolutionnaire du GUD (Groupe union défense), mais sa soeur est plutôt nationale-catholique.

Après l’École des mousses à 16 ans, il devient fusilier marin du commando Montfort, combat au Mali entre 2013 et 2015. Cette année là, il agresse une jeune femme prostituée à Djibouti. L’armée l’exfiltre en payant une réparation avec vos impôts, puis le place en congé maladie. Elle s’en sépare en 2017, après d’autres violences.

Il est condamné à du sursis en 2017 pour des faits de 2015, sur la voie publique à Paris. Toujours en 2015, il participe avec quatre comparses à sa nuit des longs couteaux, une descente au domicile d’un ancien dirigeant du GUD, Edouard Klein, qui passe un très mauvais moment mais reste en vie. Cette affaire n’est jugée qu’en juin 2022, alors que le Priol est déjà en détention provisoire pour assassinat. Il prend deux ans fermes.

Au petit matin du 19 mars 2022, boulevard Saint Germain, le Priol et son habituel poisson pilote, Romain Bouvier, agressent pour des motifs racistes un pauvre homme qui leur a demandé une cigarette. Deux rugbymen étrangers, Federico Martín Aramburú et Shaun Hegarty tentent de s’interposer, une bagarre éclate. Nul doute que les babtous français se font alors administrer une correction méritée. Mais ils sont mauvais perdants et reviennent armés, pourchasser les sportifs jusqu’à leur hôtel. En Droit, cette préparation et cette détermination constituent la préméditation de l’assassinat. Bouvier et le Priol tirent, dont six balles attribuées par l’enquête à ce dernier, dans le dos d’Aramburú. Difficile de plaider la légitime défense ou l’absence d’intention homicide. Conductrice du véhicule des tireurs, la maîtresse du tueur, Lyson Rochemir, sera poursuivie pour complicité

Lyson et Loïk, deux babtous solides certifiés qui ne feront peut être pas de petits

Le Priol se met en cavale, est intercepté en Hongrie, dans la nuit du 22 au 23 mars, alors qu’il tente de franchir la frontière de l’Ukraine, pour y intégrer la légion internationale pour la défense territoriale de Volodymyr Zelenskyy

(Ludovic Marin / Pool)

Ses nuisances décrivent un zazou, typiquement français. S’il ne lui avait pas préféré les terrasses germanopratines, le Priol n’aurait pas attendu la cavale pour rejoindre en Ukraine les volontaires nazis internationaux. L’armée russe aurait pu l’y dénazifier et il ne coûterait rien aujourd’hui aux contribuables.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: